Impressions : L'ennui (Lecram)

Vous est-il déjà arrivé

D’avoir peur de songer ?

Peur de regarder l’avenir ?

Et de le voir s’obscurcir ?

A cet instant tout est gris,

Et nous semble être flétri.

Nos yeux ne veulent voir

Que tout ce qui est noir.

Il ferait bon pleurer

Pour pouvoir s’épancher

On se croirait un martyr

Créé pour souffrir.

 

La joie de nos semblables

Nous semble impardonnable

On se demande anxieux

Sont-ils vraiment heureux ?

Serais-je comme cela ?

Non, je ne le crois pas.

 

Et pourtant c’est ainsi

Dans le cours de la vie

Plus ou moins de misère

Change nos caractères.

Tout peut-être joli,

Le soleil ou la pluie,

Le jour ou la nuit,

La rose qui fleurit,

Les feuilles de l’automne,

L’angélus qui sonne,

Tout cela sera beau.

Si dans votre cerveau

Quelque chose d’imprécis

A chassé votre ennui

Il suffira d’un rien

Pour qu’il parte soudain,

Et d’un rien également

Il peut subitement

Revenir s’incruster

Au fond de ma pensée.

 

Ce rien, c’est beaucoup,

Les hommes sont des fous

Car aucun ne saura

Aucun ne trouvera

Malgré une longue vie

Son existence jolie.

 

Il trouvera toujours

Dans le cours des jours

Celui-ci malheureux

Et l’autre merveilleux.

Ils savent que c’est vrai

Pourtant chacun le fait

On ne réfléchit pas,

On ne réagit pas,

On constate seulement

C’est le plus effarant.


Marcel Geffroy

20 Novembre 1915

12 Mars 2002